Des cupcakes, des pieds nus et des histoires de famille

Une histoire sentimentale, touchante, universelle, sur un lit de confiseries et de fleurs. 

6703e39574e9de8a29bebf10fb28594c

C'est ce que nous reflète la pochette du second film de Fabienne Berthaud. 

Encore un film de fille c'est ce que les lecteurs de mon blog peuvent se dire. Et bien il y a des éléments féminin, car c'est une histoire de soeurs réalisée par une femme. Mais pas que. C'est également une histoire de conformisme social, une histoire de pardon, de deuil et de courage. Le courage d'être fier des membres de sa famille, et de retirer son masque, pour respirer la nature. 

L'histoire: après la mort subite de leur mère, Clara, citadine parfaite, rejoint sa soeur (Ludivine Sagnier) dans leur grande maison de campagne pour s'occuper d'elle (Ludivine Sagnier joue le rôle de Lily, une jeune femme-enfant un peu décalée voire handicapée, incapable de vivre seule). Au fur et à mesure que les deux soeurs cohabitent ensemble, Clara se laisse porter par la spontanéité et les enfantinages de sa soeur Lily, libertine et immature. C'est alors que Clara ouvre les yeux sur les conditionnements qu'elle s'impose et sur sa liberté qu'elle a mise de côté toute sa vie. Elle envierait même presque sa soeur. Les deux personnages tissent un lien plus fort que jamais autour du deuil de leur maman, et voient leur existence prendre un nouveau tournant. Le film expose le contraste entre la vie parisienne, représentée ici comme une cage (Clara), et cette nature libre symbolisée par Lily. Deux paysages opposant les acritces, mais qui partagent pourtant la même enfance. Lily n'en est pas sortie et Clara s'est conforté dans le silence. 

La trame sonore du film, réalisée par Tomas Dybdahl (à écouter de jour comme de pluie), donne une dimension solaire et fantaisiste à ce petit bijou du cinéma indépendant. 

Je ne vais pas vous cacher que j'ai eu un peu de mal à le revoir car certaines scènes caractéristiques de la "folie" de Lily me mettaient mal à l'aise. Mais avec du recule on se rend compte que ce sujet tabou est exposé intelligemment et de façon brute. Comme dans la vie réelle. Et c'est ça qui fait également la force de ce film. Le naturel, le brut, le spontanné, comme une fleur avec ses épines. La vie est une fleur munie d'épines. Vous êtes une fleur munie d'épines. 

Un film sur la vie, sur le pardon, dans un cadre magnifique, avec une jolie bande-originale. A voir et à revoir. 

B2b3008521dfc065f53b2797fbbc7f33

Aba67a711a7fa4648b48058e4a4e7ce4

un elephant sur le doigt

Cinéma Pastel Tendresse Film Société Musique Soundtrack Thomas Dybdhal