Mot à mon anxiété - Je t'aime quand même

Blog life 2

Chère anxiété, 

Sache avant toute chose que je t'aime. 

Tu me fais me poser 12 questions toutes les 5 secondes (très précis ça). Non pour être plus sérieux, tu t'inquiètes de tout. Tu as peur de tout. Tu vois le danger partout. C'est pesant, car tu m'épuises mentalement, ton perfectionnisme exacerbé me fatigue littéralement. J'ai souvent la sensation (par ta faute) que je vais me faire abandonner par les gens que j'aime le plus, tout ce que nous avons de fantastique, tu as peur qu'on le perde. Tu as peur qu'on nous trahisse, qu'on nous enlève ce qu'on possède de plus précieux. Peut-être as-tu été trop couvée. Ou alors tu as conscience de toutes les possibilités, même les plus tordues, et tu te dis "pourquoi ça n'arriverait pas?" "Qu'est ce qui nous protège de ce malheur?". Tu as raison, ça n'arrive pas qu'aux autres. Tu as raison, tu n'es pas folle petite anxiété, tu es lucide et tu fais bien de prendre en considération toutes les options possible. 

Mais voilà, prendre en considération toutes les options possible, c'est EPUISANT. Ca nous empêche de lacher prise et de laisser la vie faire son travail chronologique et naturel. Rien ne nous surprend vraiment du coup, ou alors les seules choses qui nous suprennent sont des scénarios positifs inattendus qui finalement nous rappellent à quel point on aurait pas dû autant s'inquiéter et se faire chier avec toutes ces pensées angoissantes. 

Tu voudrais tout contrôler, tout savoir, tout vivre, tout prédire. Mais le jeu de la vie ne fonctionne pas ainsi. Tu le sais, je le sais. Il faut composer avec cette lucidité, ces préjugés qui nous étouffent plus qu'autre chose finalement. Tu me mets des doutes plein la tête, tu me fais douter de moi en premier lieu, des gens que j'aime et qui m'aiment et également de l'avenir. Tu n'es jamais dans l'instant présent, tu as peur que ton passé te rattrape, et que ton futur soit gâché. Mais au final, c'est notre présent qui prend le choc. 

Heureux les simples d'esprit. Mais sommes-nous toutes les deux "intelligentes" ? On dit que les personnes anxieuses ont un fort instinct de survie et une capacité à capter plus d'infos autour de soi que les personnes plus calmes intérieurement. Je ne sais pas. Ce que je sais c'est que l'intelligence devrait pouvoir me permettre de t'apaiser et de trouver des solutions concrètes à l'instant T pour ne pas partir en crise d'angoisse. Pour ne pas donner la main à ce tourbillon de négativité qui m'appelle lorsque je suis anxieuse et inquiète. Car lorsque j'attrape la main de ce tourbillon, je peux partir loin, trèèèès loin dans les scénarios catastrophes. Je peux devenir violente, méchante, agressive, fragile, et j'en passe. 

Rien qu'en écrivant cet article, je me sens fatiguée. Fatiguée de me détester pour ce trait de caractère qui occupe 80% de mon cerveau et qui me préoccupe h24. Je suis préoccupée de me voir aussi anxieuse, angoissée et inquiète. Au final, tout est lié (enfin je crois) à un perfectionnisme exacerbé comme énoncé précedemment, lié aussi à une lucidité parfois chiante et à un besoin de réponses constant. Besoin de réponses = Besoin de sécurité. 

Je me sens en insécurité intérieure avec toi, mais tu ne le fais pas exprès. Toi tu veux me protéger, m'alerter des dangers potentiels afin que je rebondisse et me blinde contre la souffrance. Mais en fait en faisant cela sans le contrôler, je souffre tout autant voir plus. Car je souffre contre moi-même et dans moi-même. Ce qui est pire. Car il n'y a pas vraiment de solution ou de porte de sortie immédiate. 

Alors ma petite anxiété, j'y travaille, on y travaille ensemble main dans la main, coeur contre coeur. 

Depuis quelques mois, c'est comme si ma plasticité cérébrale se restructurait. Je me sens un peu plus vulnérable, et en même temps plus accomplie. En fait c'est depuis que je suis amoureuse que je me sens comme ça. Amoureuse et dans la vie active. Amoureuse et adulte en fait. Ce combo de changement et "d'enjeux" triple mon anxiété quotidienne et mon perfectionnisme. 

Vais-je être l'adulte que j'ai toujours idéalisé ? Comme s'il y avait une rupture entre mon passé qui me préparait ce moment où j'allais devenir adulte, et celle que je suis à 24 ans. C'est un peu ce qu'on m'a mis dans la tête depuis petite. Tu vis et tu te bats pour devenir une femme indépendante, une femme active et ensuite, ta vraie vie pourra commencer. C'est un peu comme ça que j'ai vécu mon adolescence. Mais à présent, ça y est, je suis cette adulte. Et je suis exactement la même qu'avant sauf que j'ai conscience que je m'émancipe de plus en plus, jusqu'à tenir debout uniquement par moi-même. Ca fout le vertige. Ce n'est pas parce qu'on est adulte qu'on est protégé des problèmes et des fatalités. On revit les mêmes souffrances, mais simplement on a une résilience peut-être plus développée. 

J'espère de tout mon coeur réussir à vivre mon quotidien plus sereinement. Avec plus de douceur et un coeur moins inquiet de tout. J'aimerais avoir conscience que même si ce qu'il y a dans ma vie actuellement s'en va, je m'en remettrai et je serai quand même heureuse. Parce que je vivrai, j'évoluerai encore et encore et j'apprendrai à vivre avec mon anxiété chérie. 

Tu m'apportes une ouverture d'esprit immense, une capacité d'empathie intense et une vie pleine de sens. Tu tailles dans la roche un dessin qui me ressemble et une vie plus en phase avec mes envies. Tu me permets de relativiser la vie d'adulte et de casser mes attentes pour me focaliser sur ce que j'ai. Pour aimer ce que j'ai. Et ne rien désirer d'autre. Parce que je reste persuadée que je trouverai la paix quand je savourerai le voyage et non la destination. Quand je serai dans l'instant présent, ancrée à la vie, ici et maintenant. 

Un éléphant sur le doigt 

Tendresse Génération Société Réseaux Sociaux Portraits Questions